Zagreb

Un peu comme un super héros, je crois que j’ai un super pouvoir. Je n’ai aucun mérite car je suis né avec. Il n’y a pas de raison que je me prenne pour un autre à cause de cela car c’est facile pour moi.

Mon super pouvoir n’est pas l’argent de Bruce Wayne, la force de Superman ou l’intelligence de Lisa Simpson. Mon super pourvoir est d’être insensible aux piège disposer dans les magasins. Tout magasin est un immense attrape-nigaud. En entrant dans le commerce il y a quantité de pièges à consommation. Que ce soit un Couche-tard, un Ardenne ou un IGA, la configuration a été pensé, analysé et élaboré pour que tu sortes de là avec quelque chose.

Grâce à ce super pouvoir d’être insensible aux offres des magasins, je suis en mesure d’entrer dans un magasin et rien ressentir. 50% de rabais sur un objet inutile? Pfff dégage. Accessoires disposé stratégiquement près des caisses? Please c’est insultant. Promotion insignifiante? Heille je ne suis pas dupe

Je me croyais invincible mais Zagreb m’a eu. En tapant toujours sur le même clou et avec l’aide du soleil qui tape très fort au mois d’Août j’ai découvert ma faiblesse. Dès le premier contact avec la ville tu remarques immédiatement le grand nombre de terrasses. Il y en a partout. Tu marches dans la ville et tu croises terrasses après terrasses. Je me suis éloigné des points touristiques en quelques occasions et j’ai pu constater que la tendance se maintient même dans les quartiers plus résidentiels.

Mon séjour dans la ville a été de la parcourir à pied ou en transport en commun. Étant loger au centre, j’avais les tramways à porter de la main. L’avantage avec les tramways c’est que tu t’exposes moins à de mauvaises surprises qu’en prenant les bus. L’aspect « rail » limite les options de trajets et si tu prends le mauvais il est plus simple de s’ajuster.

J’ai toujours eu peur de prendre les bus jaunes de la ville de Santiago au Chili lors de mes séjours. Il y en a comme mille qui sillonnent le grand boulevard et j’avais l’impression que je pouvais me retrouver à l’autre bout dans la ville dans un quartier apeurant sans moyen de revenir vers la civilisation. Avec le tramway, même si je ne comprends rien des indications, le rail me sécurise. Si je compare avec le métro de Montréal, les trams de Zagreb sont réellement relax. Le tram arrive et on ne sent pas une urgence de se garocher dans le véhicule. Les gens montent sans avoir peur de se faire fermer la porte dans la figure.

À Montréal quand le métro arrive dans une station, bien que les montréalais sont très discipliné, tu ne dois pas trop niaiser avec la puck. Et si une personne tarde à sortir elle gruge du temps aux gens qui doivent monter dans le métro et un léger sentiment de panique s’installe. J’envie le coté plus relax des tramways de Zagreb.

Ainsi donc à force de parcourir la ville et de croisé des terrasses mon pouvoir s’affaiblis et elles commencent à me parler. Elle me sollicite comme un vendeur de chaussures
Terrasse 1 : Hey l’ami t’a soif?
– Non merci
Terrasse 2 : Hey l’ami t’a faim?
– Non merci
Terrasse 3 : Hey l’am…
– Non merci
Terrasse 8 : Hey l’ami t’a soif?
– Heu ouais peut-être

Voilà une brèche a été ouverte dans mon super pouvoir. À force d’en croiser, tu baisses ta garde. Je regarde la qualité des chaises. Mon mal de dos me rend attentif à cet aspect. Les chaises ne font pas mon affaire. Mon super pourvoir reprends le dessus.

– Non merci
Terrasse 13 : Hey l’ami. Soif, faim?
– Heu les 2 je pense mais non merci
Terrasse 17 : Hey l’ami?

Ok là ça va faire. Je cède. De plus, certaines ont comme un système de tuyau qui laisse échapper des particules d’eau pour rafraichir les clients. C’est ma deuxième terrasse de la journée. Ils m’ont eu! Ce sera le début d’une longue série d’exposition de ma faiblesse. Mon pouvoir ne peut résister à autant d’offres de terrasses. Elles sont comme des aimants. Je n’essais même plus de résister. Dès que j’ai soif un peu, je me laisse séduire et j’y vais littéralement caller une bière. Fait tellement chaud!

Comme ce n’est que ma 2eme terrasse, je ne sais pas trop si je dois payer immédiatement ou si je pais à la fin. Quelques minutes plus tard je remarque le cendrier sur ma table et un papier en dessous. C’est la facture.

Je découvre que les serveurs de Zagreb ont aussi un super pouvoir. Faire apparaître les factures. J’ai vécu la même situation au terminus. Le serveur t’amène ta commande et tel un prestidigitateur il fait apparaître ta facture. Non elle n’apparait pas derrière ton oreille ou dans ta poche. C’est toujours sous le cendrier. Ton serveur te quitte et quelques minutes plus tard, tu réalises que la facture est là. Tu ne sais pas trop comment elle à apparu là. Pas grave le magicien…m’a le trouver ton truc.

Photo Flickr : Jorge Franganillo https://www.flickr.com/photos/franganillo/